Somali

Somali
Image d'illustration

Présentation de la race

À l’origine, le somali était le vilain petit canard. En effet, ce chat à poil mi-long, issu d’une portée d’Abyssins, ne correspondait pas au standard qui exigeait un poil court… Sous l’impulsion de deux éleveuses, il devint un élégant cygne, avec sa superbe queue en panache et sa collerette de lion.

On le compare aujourd’hui à un écureuil charmeur ou à un renard futé, et il se conforme parfaitement à ces deux images, avec sa silhouette grâcieuse, ses grands yeux curieux et son intelligence qui le rendent si attachant !

Origine

Dans les portées d’abyssins, naissait de temps en temps un chaton à poil long. Ce « mouton noir », non conforme au standard, était vendu sans pédigrée en raison de son « défaut », mais il se transforma vite en mouton à 5 pattes !

En effet, un jour, dans les années 1960, une éleveuse canadienne, Mary Mailing, prit le risque de présenter en exposition l’un de ces abyssins au poil étonnant. Il eut un grand succès auprès de son juge.

Parallèlement, Evelyn Mague, une éleveuse américaine, tomba sous le charme de ces chatons hors standard et décida de les sélectionner. En 1972, elle fit naître une portée 100 % poil mi-long. Elle décida d’appeler cette nouvelle race « somali » car la Somalie était voisine de l’Abyssinie (devenue aujourd’hui l’Éthiopie).

Ces premiers chats écureuils arrivèrent en Europe en 1977 (Allemagne).

Comportement et traits de caractère

Le chat somali est facile à vivre. Vif sans être turbulent, joueur, ultra câlin et très gourmand, il s’adapte aussi bien à une vie de famille qu’à une personne solitaire. C’est un chat particulièrement sociable et proche de l’humain. Il n’aime pas être seul. Il a d’importants besoins de contact et s’attriste de voir ses bipèdes partir trop longtemps. Il accepte facilement des congénères dans son foyer à condition de recevoir sa dose d’affection.

Très demandeur de câlins, d’attention et de douceur, il doit aussi pouvoir se dépenser.

Même s’il est plus calme que son cousin l’abyssin, il a toutefois besoin, s’il vit en appartement, d’un ou de plusieurs arbres à chat afin de grimper et de se percher.

Enfin, lorsqu’il est habitué dès son plus jeune âge, le somali se laisse brosser et toiletter facilement.

Alimentation

Comme son cousin à poil court, le somali est un chat gourmand. Il conviendra donc de surveiller son poids pour limiter les risques d’obésité, peu compatibles avec une bonne santé !

Pour les humains les plus courageux, une ration ménagère bien composée par un vétérinaire nutritionniste est l’idéal : elle comprend de la viande, un peu de légumes sélectionnés, un tout petit peu de riz, d’huile de saumon ou de colza et des vitamines spécifiques, indispensables pour équilibrer la ration.

Cela demande de l’organisation et les quantités doivent être fixées par un professionnel.

Sinon, la nourriture pour chat doit être de qualité premium. En effet, pour limiter la tendance à l’embonpoint de ce gourmand félin, il faudra lui sélectionner des croquettes qui ne soient pas trop riches en glucides. Il est également nécessaire de préserver ses reins, organes sensibles du somali. Les croquettes sont déshydratées et manquent donc d’humidité, l’idéal est de les accompagner d’une grande gamelle d’eau changée quotidiennement ou, encore mieux, d’une fontaine pour chat, et, si possible, de nourriture humide (boites premium, poulet…) afin de soutenir sa fonction rénale.

Toilettage et entretien

Ce chat-écureuil a peu tendance à souffrir de nœuds. Un brossage hebdomadaire est donc suffisant, sauf en période de mue. En effet, deux fois par an, il peut avoir besoin de quelques coups de brosse supplémentaires car en se léchant, il risque d’avaler trop de poils. Ce n’est pas très bon pour sa santé et peut provoquer une constipation ou des vomissements.

Problèmes de santé

Le somali est un chat robuste et solide. Son point faible, dans certaines lignées, touche les reins avec des cas d’amyloïdose. Le traitement est celui de l’insuffisance rénale, il soutient le chat mais ne le guérit pas. Une perte de poids ou d’appétit fait souvent partie des premiers symptômes et mérite une consultation chez le vétérinaire.

Deux autres maladies peuvent toucher les somalis, mais il existe des tests que les éleveurs sérieux font passer aux reproducteurs afin de limiter les risques chez les chatons :

  • La PKDef (une carence en pyruvate kinase, une enzyme) qui provoque une anémie (un manque de globules rouges) 

  • La PRA (atrophie rétinienne progressive) qui provoque une perte de vision.

C’est la nécessité de tels tests qui explique, entre autres, le prix d’un chaton. Or faire l’impasse sur la détection des maladies consiste à prendre un risque.

Habitat

Le somali s’épanouit en appartement, à condition que ses humains lui dédient des espaces pour se défouler sous forme d’un ou plusieurs arbres à chat.

En maison, il faudra penser à sécuriser votre jardin car sa couleur proche de celle du renard et du lièvre lui fait courir le risque d’être confondu par les chasseurs. Par ailleurs, c’est un magnifique chat très sociable et confiant : il peut se faire voler facilement.

Taille

30 à 35 cm.

Poids

3,5 à 5,5 kilos. Les mâles sont souvent plus costauds que les femelles.

Espérance moyenne de vie

En moyenne, on estime l’espérance de vie du somali autour de 13 à 16 ans. Mais Savana de Promethé, en illustration, vécut de 2001 à 2019 !

Poil

Mi-long

Couleurs

Le poil du somali est dit « ticked tabby » : il contient au moins 4 bandes claires et foncées, qui alternent sur la longueur. On distingue les robes dites non silver et les robes silver.

Couleurs non silver

  • Lièvre : marron chaud avec la pointe du poil en noir, couvrant des bandes abricot et orange. L’une des couleurs les plus classiques

  • Sorrel (cinnamon) : lièvre plus clair avec une couleur tendant vers le roux, la plus proche de celle de l’écureuil

  • Chocolat : brun foncé sur un fond abricot, intermédiaire entre lièvre et sorrel

  • Rouge génétique : roux lié au chromosome sexuel

  • Bleu : gris bleuté

  • Lilac : gris rosé, entre le bleu et le fawn

  • Fawn : beige rosé sur un fond beige pâle

  • Crème : beige clair.

Les couleurs lièvre et bleu, chez les femelles, peuvent être accompagnées de tortie : le ticking est alors coupé par des tâches rousses, disposées aléatoirement dans le pelage. Savana de Promethé, en illustration, fut la première somalie lièvre tortie née en France (en 2001).

Toutes ces robes existent également en silver. La couleur lièvre est alors dite « black silver ».

Les petites contraintes

Le somali n’apprécie pas la solitude et il a besoin de vivre avec des humains proches de lui, qui cherchent davantage un chat câlin qu’un félin indépendant. Il faudra également que ses humains surveillent sa courbe de poids car c’est un petit gourmand.

Les nombreux plaisirs

Le chat somali est loyal et vous « contaminera » vite avec sa douceur et sa joie de vivre. Il vous entourera de sa présence délicate pour ensoleiller votre quotidien. Sa démarche gracieuse, son intelligence et ses facéties font de lui un véritable petit lutin qui anime la maison et lui donne un supplément d’âme. Plus qu’un chat, le somali apporte de la lumière dans une famille grâce à sa robe flamboyante et à son caractère enchanteur.

 

Emma Ménébrode

Linkedin

Site Web

menebrode_emma@yahoo.fr

Photo Emma Ménébrode

 

 

Chat trouvé

Chats trouvés - Genappe — Chat trouvé(Femelle) à Genappe — 5/05/2020

Chats trouvés - Genappe